La CSSI dans les Hôtels de 5ème catégorie

Un cas d’école

(Video en live lors d’un déplacement à TOULOUSE dans un hôtel de 5ème catégorie)

Même si la mission de CSSI n’est pas obligatoire lorsqu’on n’a pas de fonction en plus de la fonction évacuation, l’expérience montre qu’il est souvent difficile de réceptionner les BAES/H pour lesquels certains installateurs ne maîtrisent pas du tout le principe de fonctionnement. J’ai tout vu à ce sujet, jusqu’à venir 4 fois réceptionner un hôtel de 5ème uniquement pour ce problème.

Juge et parti

Par ailleurs dans les 5ème, l’obligation de Contrôleur technique n’est pas requise pour l’installation du SSI. On se retrouve donc sans CT ni CSSI, avec seulement l’installateur qui prescrit et qui vend. On a un exemple dans cet hôtel de 5eme où la DAI a été installée dans les chambres alors que rien ne l’impose. De plus comme les douches sont maintenant directement ouvertes dans les chambres, l’exploitant s’expose à des déclenchement intempestif … tous les matin….

On peut voir ici le DAI bourré de papier toilette  coté douche !!!!

L’intérêt d’une mission de CSSI

Clairement le rôle du CSSI ici aurait été nécessaire en amont car l’ouverture de la douche sur la chambre impose de fait de ne pas mettre de DAI dans la chambre. Si la DAI dans la chambre de cet hôtel a été imposée comme mesure compensatoire, il eut été préférable d’avoir des salles d’eau fermées et non ouvertes sur la chambre. Le CSSI est pleinement dans son rôle.

Conclusion

Avec le recul je me rend compte que cela a été une erreur de supprimer la mission dans le PE32. Même si la mission de CSSI n’est pas forcément obligatoire je vous recommande fortement d’en prendre une afin d’avoir une installation la mieux adaptée au besoin de votre exploitation.

Les personnes qui ont lus cet article ont aussi lus :  C'est quoi le Cahier des Charges Fonctionnel ?

Cerise sur le gâteau

En fin de vidéo

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :COORDINATEUR SSI ET 5EME CATEGORIE, CSSI A, hotel 5 eme catégorie, https://le-coordinateur-ssi fr/tag/detection/

8 réflexions sur « La CSSI dans les Hôtels de 5ème catégorie »

  1. Bonjour Sylvère,
    Je suis entièrement d’accord. La détection n’est pas requise dans les chambres, et à chaque fois qu’on s’éloigne de la réglementation, les problèmes imprévus arrivent … C’est toujours le cas quand on veut improviser. J’ai eu l’expérience d’un maître d’ouvrage qui souhaitait appliquer en même temps la réglementation du type J et de l’habitation de 3° famille B … aboutissant à une situation inextricable …

    Quant à l’article PE32 §2 qui prévoit que l’installateur s’auto-réceptionne, on est en plein délire. Les textes réglementaires sont rédigés de plus en plus mal …

    Enfin, j’ai rencontré souvent aussi des incompréhensions sur le fonctionnement des BAES-BAEH, par absence totale de bon sens de certains …

    Enfin, dans le cas que vous évoquez, il manque apparemment le maître d’oeuvre. C’est à lui qu’incombe la prescription, la notice de sécurité, le dossier PC ou AT et l’article GE2, où il a tout loisir pour poser (en amont) le problème de l’opportunité de détecteurs à proximité immédiate de locaux humides …

    Bien cordialement / Pierre Guillard (Cssi)

  2. Bonjour sylvère

    Quand tu dis qu’il n’y a pas de contrôle technique je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi car en 5ème catégorie, même si tu es dispensée de coordinateur SSI pour la raison que tu évoques, l’article PE 4§1 s’applique et dès que tu installes ou modifies un SSI A tu dois avoir recours à un OA.

    Bien à toi
    JM

    1. Je rajoute que les travaux doivent de toute façon être validés en amont par l’autorité administrative après avis de la commission de sécurité donc l’exploitant n’est pas seul avec l’installateur, l’administration valide et accorde ou non l’autorisation de travaux et peut l’assortir de prescriptions si l’installateur n’est pas dans le droit chemin…

  3. La règlementation est un minimum et au regard des ambiguïtés de textes, locaux à sommeil implique pour moi détection automatique, sauf établissement en rdc avec chambres donnant sur extérieur.

    Ensuite, la position des détecteurs doit être pertinemment choisie, et en hôtel, à un peu plus de 50 cm d’une paroi est accepté, éviter la proximité de la douche effectivement.

    Enfin, l’éclairage de sécurité double fonction est un grand sujet effectivement, avec les questions de télécommande compatible et adaptée, et bien sûr les 5h 10lm sur absence de courant et 1h 45lm en alarme.

  4. Bonjour.
    Pertinent comme souvent, en plus dans ma ville, j’ai mal au coeur sans être surpris.
    A chaque fois que j’ai du intervenir sur un PE j’ai trouvé des lièvres de partout. Sur des erreurs de conception lorsqu’il y en a, des écarts avec le règlements de sécurité et des rapports des organismes de contrôle, liste non exhaustive et bien entendu on ne parle pas ni d’exécution ni de réception.

    A cause de tout cela à mon sens c’est aussi une erreur.
    Par contre effectivement, quand je tombe sur des exploitants qui me demande un devis je leur explique tout, y compris le fait qu’il peuvent se passer d’un CSSI.

    Par contre la lecture que je fais du PE32 est juste que l’intervention d’un CSSI n’est pas nécessaire. L’installation doit quand même être réalisée dans le respect des normes. En fait c’est l’entreprise qui doit faire la coordination SSI de son propre chef. Le texte renvoi à la « réception technique ». Donc, entre autre, au 4.4 (+ annexe B de la 61970) et au 16 (+ annexe B 61932). C’est à dire qu’il doit établir un rapport de réception technique et un dossier d’identité SSI complet, rien a voir avec un rapport de mise en service et un dossier de recollement quand il existe…
    C’est un OUROBOUROS sacrément mal fichu.

    Nota: quand l’établissement dispose d’un désenfumage de cage d’escalier, donc d’un ensemble indépendant, mission de CSSI ou pas?

    A+
    FD

    1. Bonjour

      De fait effectivement les règles d’installation doivent être respectées. Et quand on lit le PE32

      « Si le coordinateur SSI n’est pas requis, le document attestant de la réception technique est
      établi par l’entreprise intervenante. »

      On peut penser que c’est la personne physique qui n’a pas à être requise, mais que la mission reste à faire par l’installateur.
      Il se trouve que j’ai participé à la rédaction du texte, et ce n’était pas la volonté initiale.

      Le principe était :

        pas de mission,
        pas de dossier d’identité,
        seul un RRT doit être fait pas l’installateur

      Bref le PE32 serait à revoir, mais autant croire au père noel

      Sylvere

  5. C’est la énième preuve que l’installateur ne peut être pris pour un sachant. L’activité d’installateur et de mainteneur SSI, même pratiquée par les plus gros souffre systématiquement de carences, carences allant en s’aggravant avec le temps.
    Hier encore, en commission de sécurité en ERP de 1ere catégorie type U, un mainteneur national qui explique froidement devant les officiers du SDIS que les tests de détection annuels ne se font que sur un point par zone. Le même qui installe sans difficulté 120 détecteurs sur une même zone en expliquant que çà ne pose aucun problème.
    Merci pour ce retour sylvère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.