Peut-on avoir avoir un SSI A sans centraliser les commandes ?

Quand la réglementation vous impose uniquement un équipement d’alarme de type 3 ou encore un équipement d’alarme de type 2b, parfois, vous arrivez sur le terrain et vous découvrez finalement il a été installé du

  • matériel SSI de catégorie A
  • sans détection incendie
  • sans aucun asservissement de repris sur le CMSI (le désenfumage est resté en local).

La raison qu’invoque les installateurs, c’est de dire que :

Le SSI de catégorie A est bien supérieur à l'équipement d'alarme de type 2b exigé réglementairement. Donc qui peut le plus peut le moins il n'y a pas de problème pour installer ceci.

De plus, je vois parfois des contrôleurs techniques qui sont d’accord avec cela.

L’Avis de la Commission S61i

bonusCe n’est pas que mon avis d’ailleurs, car j’ai posé la question à la commission 61i de l’AFNOR, afin d’avoir une réponse officielle sur ce sujet.

Télécharger l’avis de la commission S61i de l’AFNOR  sur le sujet 

 

nonVous ne pouvez pas faire çela, car vous devez, quand vous installez un matériel d’une certaine catégorie, respecter les règles d’installation qui lui sont liées.

De plus en faisant ce « bricolage » vous ne respectez pas les schémas blocs. (Est-ce que vous voyez dans un schéma bloc, un SSI de catégorie A avec des asservissements non raccordés dessus ?)

Si vous installez un SSI de catégorie A, vous devez respecter les règles d’installation.

  • ça veut dire qu’il va falloir centraliser les commandes de désenfumage
  • ça veut dire qu’il va falloir mettre la détection incendie (local)
  • ça veut dire respecter les règles de cablage
  • ça veut dire respecter les contraintes liées à la maintenance qui sont elles dans la réglementation et non pas dans les normes.

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :conception dossier ssi 2016

11 réflexions au sujet de « Peut-on avoir avoir un SSI A sans centraliser les commandes ? »

  1. Bonjour Sylvère et meilleurs voeux.

    Heureusement que la réponse est « NON ».
    Sinon plus rien n’a de sens. Ça a au moins le mérite d’être écrit par AFNOR.

    La sollicitation AFNOR c’est en tant qu’éminent membre de la FACSSI que tu as pu la faire ou est il possible de la solliciter à titre individuel?

    Cdt
    FD

    1. Bonjour
      j’ai interrogé la commission à titre personnel, n’importe qui peut le faire.
      Il faut cependant bien rédiger la question afin qu’elle ne soit pas retoquée. Les questions doivent uniquement avoir pour sujet l’application ou l’interprétation des normes.
      tres cordialement
      Sylvere

  2. Bonjour,

    J’ai eu à en découdre avec des dossiers de RPA en classements logements 3ème famille b et qui avaient donc des parties communes de type bibliothèques, salons bridges, etc…
    Les aménagements précédents avaient opté pour un SSI de catégorie A, ce qui permettait de couvrir largement les besoins, et offrait une alerte précoce… mais arrive de nouveaux aménagements et la règlementation qui vise à commander les désenfumage localement au niveau des circulation de niveau, depuis déclencheurs… ce qui fait couac avec la centralisation des commandes en un SSI de catégorie A. Du coup, sur plusieurs dossiers, j’ai eu plusieurs issues avec divers bureaux de contrôles, allant de deux centrales, (une type 4 pour la partie ERP et un équipement de désenfumage 3eme famille B pour les hébergements en étage), à un ssi de catégorie A « adapté » à cette configuration. La question des RPA est bien évidemment délicate, car non sujette au passage des commissions de sécurité, et considérées comme logements et régies par l’arrêté du 31 janvier 1986… Pour se sentir en sécurité avec cet arrêté du 31 janvier 1986, en un établissement de personnes âgées, il faut avoir la foi…

    1. Bonjour

      Le règlement prévaut sur la norme. Si le texte réglementaire dit blanc, et la norme noir, c’est le blanc qui s’imposera.

      Ex : ICPE double commande de désenfumage

      Le raisonnement vaut aussi pour les prescriptions de commissions de sécurité qui pourraient être « Non-conformes » normativement.
      Exemple : asservir un équipement Non DAS à des fonctions de mise en sécurité – Porte coulissante C048 sur Evac, Désenfumage…
      – Système de refermeture de porte de chambre en type U et J.
      – …
      Dans votre cas, On peut donc prévoir un DM sur le SDI qui va piloter le désenfumage via de CMSI.

      Tres cordialement
      Sylvere

  3. Bonjour Alain.
    Pour les logements il existe des centrales faites exprès, surtout ne pas mettre de SDI/CMSI.
    Un « SSI A adapté » ne m’inspire rien de bon, rien que dit comme cela j’en ai des frissons…

    A+
    FD

    1. Bonjour, tout à fait d’accord, il y a des dispositifs qui sont adaptés et qui gèrent détection en circulation et désenfumage… Sauf que par défaut d’entretien, ils sont toujours en défaut, et déjà qu’il faut croire en l’efficacité du désenfumage naturel, lorsqu’il fonctionne…
      Mais là n’est pas vraiment le problème, il existe bon nombre d’établissements d’hébergement de personnes âgées classés en « logements », et après les années 2005 / 2008, les passages en ERP type J ont été freinés par les coûts de transformation des établissements en ERP, notamment au niveau désenfumage qui est pas toujours réalisable sans bouleversements techniques et financiers .
      Après bien des échanges, pour résumer simplement, a été ordonné un taux de personnes « dépendantes » à ne pas dépasser, pour rester hors de l’appellation ERP type J. Maintenant, la gestion de l’évaluation de ce taux est une autre histoire… Et du coup, les établissements « théoriquement » en dessous de ce taux échappent au contrôle des commissions de sécurité, mais de nombreux hybrides techniques et règlementaires sont à traiter lors de rénovations…

      1. Bonjour,

        Meilleurs voeux à tous,

        Les centrales d’habitation fonctionnent jusqu’à 16 niveaux max.
        Quand vous avez 17 niveaux sans être IGH, on est obligé de passer par un SSI de catégorie A…. pas cool

        Dans mon cas, c’est un 4ième famille solution 3 du type IGH qui n’en est pas avec mise en surpression escalier et sas escalier, extraction méca en circulation.
        Pas de commandes manuelles UCMC, ni de commandes arrêt pompier au risque d’ouvrir les dispositifs en partie haute des conduits collectifs qui doivent s’ouvrir en cas d’arrêt des ventilateurs….. bref…. prendre quand même un SSI et le découper sans faire trop de bêtises :–)))))

        Yan

  4. Bonjour,
    J’ai été confronté à ce problème : Restructuration d’un bâtiment d’Habitation de 3° famille B, avec un MO qui souhaitait appliquer un maximum de règles relatives au type J, compte tenu de la situation des résidents. C’EST TRES RISQUé. D’abord, un SSI d’ERP ne sait pas gérer le volet de secours obligatoire sur le désenfumage de la 3° famille B. Il faut vraiment choisir son camp (ERP ou habitation), et ne sortir du cadre qu’avec beaucoup de précautions.
    Cordialement / Pierre

  5. Je le crois pas !!!
    Installer un SSI de cat. A sans prendre la peine de restructurer l’ensemble des DAS est impensable. Il manque un coordinateur SSI, un vrai !!!
    Il suffit pourtant de lire les textes, lire les textes, et encore lire les textes !!!

    En tout état de cause, il faut aller plus loin. Lorsqu’on remplace un SSI, on ne peut pas se dispenser d’un audit général de sécurité incendie.
    Cordialement / Pierre

  6. Bonjour à tous,
    Petit bémol : Si on installe un SSI A, même si c’est plus que le minium imposé par la réglementation, bien sûr qu’on doit alors appliquer toutes les prescriptions applicables à un SSI A comme l’a bien rappelé la commission AFNOR S61I. Mais ceci n’impose pas pour autant que l’on doive centraliser les commandes.
    Il parait assez pertinent de centraliser les commandes en présence d’un CMSI vu que c’est un centralisateur de mise en sécurité incendie. Mais, normativement cela n’est pas imposé. Il est même prévu que l’on puisse avoir des ensembles indépendants qui assurent une mise en sécurité locale en complément d’un SSI A (cf. § 5.2.2 de la NF S 61-931).
    En ERP, les commandes de désenfumage doivent obligatoirement être centralisées en présence d’un SSI A (3e alinéa du § 3.6.2 de l’IT n°246).
    En ERT, l’IT n°246 n’est pas à respecter à la lettre (voir article à ce sujet sur le forum de la FFACSSI) et c’est une question d’interprétation de savoir si l’alinéa susvisé doit être respecté ou non. Donc, ce n’est pas une obligation de centraliser les commandes de désenfumage en présence d’un SSI A même si ça parait pourtant pertinent de le faire en présence d’un CMSI.
    En Habitation, l’IT n°246 n’étant clairement pas applicable, il n’y a aucun texte qui impose la centralisation des commandes de désenfumage en présence d’un SSI A (d’autant que la notion de SSI est absente de la réglementation habitation).
    Cordialement,
    Alexandre de Cointet

  7. Bonjour

    En code du travail l’article 14 de l’arrêté du 5 août 1992 nous dit ceci :

    Article 14
    Modifié par Arrêté 1995-09-22 art. 1 JORF 3 octobre 1995
    La règle du centième de la superficie du local desservi, précisée à l’article R. 235-4-8, se rapporte à la surface géométrique des évacuations de fumée et des amenées d’air. La surface utile d’évacuation minimale de fumée (S.U.E.) est de 1/200 de la même superficie.
    Les règles d’exécution techniques des systèmes de désenfumage et des écrans de cantonnement doivent prendre en compte les règles définies par l’instruction technique relative au désenfumage dans les établissements recevant du public et l’importance prévisible des fumées en fonction des matières entreposées ou manipulées.
    Les règles de construction et les principes de désenfumage des atriums doivent prendre en compte les règles définies par l’instruction technique relative à la construction et au désenfumage des volumes libres intérieurs dans les établissements recevant du public (I.T. N° 263)

    En vertu de la hierarchie des textes:

    On applique d’abord l’arrêté, puis l’IT 246 en complément pour tout ce qui n’est pas écrit dans l’arrêté.

    S’il y a désaccord entre les 2 textes ( comme le mode calcul en l’occurrence ) C’est l’arrêté qui prime. Tout ce qui n’est pas prévu par l’arrêté et qui est prévu par l’IT doit être appliqué.

    « Les règles d’exécution techniques des systèmes de désenfumage doivent prendre en compte les règles définies par l’IT relative au désenfumage dans les ERP »

    La centralisation des commandes, l’interverrouillage…. s’appliquent donc AUSSI en code du travail.

    Très cordialement

    Sylvère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *