Se former à la CSSI – CSDFACES

Présentation de la formation de coordination SSI de CSDFACES

telechargement

J’ai avec moi, deux illustres membres de CSDFACES, qui ne sont autres que

  • sdSD : Serge DELHAYE, je suis le président fondateur de la société CSDFACES que j’ai créée en 1995
As-tu d’autres fonctions dans cette société ?
  • sdSD : J’ai été ingénieur conseil au tout départ en même temps que j’étais créateur et dirigeant mais maintenant j’occupe uniquement la fonction de dirigeant qui m’occupe à 100 % et je ne peux plus aller sur le terrain malheureusement.
Éric LAZZARI ?
  • el3EL : Je suis directeur du département coordination SSI du groupe CSD les représentants du groupe CSD en commission de normalisation.

On est tous d’accord pour dire que la formation c’est quelque chose d’important et qu’il faut vous former. En l’occurrence CSD dispense une formation de coordinateur SSI.  Donc première question : cette formation existe depuis combien de temps ?

  • sdSD : Le premier stage que nous avons organisé date d’avril 1998 ce qui ne nous rajeunit pas. (rire). Pourquoi 1998 ? Parce que, la coordination SSI date de 1993 mais la mise en œuvre a été très lente et c’est dans les années 96-97 que cela s’est réellement accompli sur les chantiers. Les gens ont exprimé le besoin d’avoir une formation pour mieux exécuter les missions de coordination SSI.
Parmi tous ces stagiaires est-ce que tu sais combien de stagiaires sont venus se former ici ?
  • sdSD : Le nombre de stages par ans étaient variables c’était suivant la demande, mais on a formé depuis avril 98 environ 450 stagiaires en coordination SSI
Y a-t-il un prérequis pour venir à cette formation ?
  • el3EL : Tout le monde peut venir mais c’est conseillé quand même d’avoir ce prérequis avant de venir. Mais on ne ferme pas la porte à personne chacun prend ses risques.
  • SL : Le prérequis c’est quoi la réglementation ?
  • EL : Le prérequis c’est de connaître un petit peu la réglementation on ne demande rien sur le côté normatif mais on demande à ce qu’il y ait un prérequis au niveau de la réglementation. Ce qui fait que la plupart des gens qui viennent ici en stage sont essentiellement des bureaux d’études quelques technicien. Nous avons aussi nos amis de la brigade des sapeurs-pompiers, qui viennent de temps en temps se perfectionner en SSI. On a eu ici quelques invités illustres en stage de coordination, des chefs de bureau prévention sont parfois venus ici pour se former à la coordination SSI.
Comment se déroule la formation ?
  • sdSD : Depuis l’origine on a considéré qu’une durée de 5 jours était le timing nécessaire, car comme dit Éric il y a des stagiaires qui ont des fonctions très prenantes qui ne peuvent pas s’absenter longtemps de leur poste, et les 5 jours cadre le mieux. Il faut faire en 5 jours un programme en accéléré qui balaye l’ensemble de la mission, c’est en cela l’enjeu.
À quoi la première journée est-elle consacrée ?
  • el3EL : La première journée est essentiellement consacrée aux fonctions de mise en sécurité du SSI transposées dans le règlement ERP, afin de bien remettre en place qu’est-ce que c’est qu’un SSI dans un ERP.
La deuxième journée ?
  • el3EL : Elle est consacrée à la phase conception. On explique ce que fait le coordinateur SSI dans la phase conception et on fait une étude de cas. Le matin on explique la mission du coordinateur SSI et l’après-midi on applique. On fait un concept, et qu’on explique ce qui se transpose du concept dans le cahier des charges fonctionnel.
la 3eme journée ?
  • el3EL : On parle de la phase travaux. On a des études de cas pratiques, c’est la phase de réalisation et de la phase réception. On explique ce que demande l’annexe de la norme et ce que fait le coordinateur SSI avec la aussi une étude de cas. On prend des cas concrets qu’on a en stock, pour chaque réserve on explique son origine possible. On essaie de transposer tout ce qui est livresque dans l’étude de cas.
La 4e journée ?
  • el3EL : La journée du jeudi, c’est la journée la plus difficile, car elle est consacrée aux normes. Toute la journée s’est l’infusion des normes. 931 932 970 qui prennent les deux tiers de la journée, et après les normes « matériels » qui sont déclinées dans la foulée.
    C’est difficile mais comme c’est condensé sur 5 jours ne peut pas faire autrement.
  • SD : Le but du stage est à l’horizon. (rire)
  • SL : Ça motive. (rire)
  • EL : Pendant ces quatre journées, en fonction du planning, il y a un module qui est mis en place de 2h sur « qui fait quoi sur un chantier ».
    Qu’est-ce qu’un OPC, un AMO, un maître d’ouvrage délégué, un architecte, un organisme agréé.
La 5eme journée
  • el3EL : La dernière journée commence également par un petit module d’une demi-heure consacré à la responsabilité juridique du coordinateur SSI. Qu’est-ce qu’il doit faire, de quoi il est redevable, et sur quoi il peut être mis en cause.
    On parle notamment ici des assurances. C’est là qu’on aborde quelle est la faute qui incombe au coordinateur SSI s’il y a maldonne après. Le reste de la journée de vendredi est consacré à la correction des études de cas et au passage devant le jury d’examen.
Il y a un jury d’examen qui se passe en fin de journée ?
  • el3EL : En fait l’étude de cas est remise à chaque stagiaire le mercredi soir le jeudi ils ont leur journée norme, donc le mercredi soir ils ont pu bosser dessus ainsi que le jeudi soir. Et le vendredi matin, ils arrivent et remettre leur étude de cas ils passent ensuite le QCM.
Y a-t-il une barre en dessous de laquelle le QCM est éliminatoire ?
  • SD : On prend la note globale (QCM + étude de cas) et :sd

— au-delà de 12 le candidat est reçu
— entre 10 et 12 il est ajourné il peut repasser l’examen
— En deçà de 10, malheureusement il est obligé de refaire un stage pour se représenter.

Est-ce que vous avez un retour sur le taux de réussite à l’examen ?
  • sdSD : Si on part sur une grande moyenne, il y a entre 80 et 85 % de réussite puisque quand le stagiaire a bien suivi le stage il est capable de passer l’étape de la validation. Mais il y a des personnes qui malheureusement échouent.
Qui sont les formateurs qui viennent dispenser les cours dans ce stage ?
  • sdSD : Les formateurs sont des gens du bureau d’étude qui font de la coordination SSI.
    C’est Éric qui manage le stage mais par exemple la partie « les acteurs du chantier » et réalisée par un architecte, notre chef de département maîtrise d’oeuvre.
  • el3EL : Comme l’a dit Serge c’est un architecte qui fait la partie « acteurs du terrain », la partie juridique est faite par Magalie COTTAVE qui maîtrise très bien le côté juridique. Pour les normes nous avons un intervenant Siemens, qui vient parler « normes produits » aux stagiaires. Et ensuite pour le reste du stage qui portent plus sur la coordination SSI sur le terrain, c’est moi qui m’en occupe.
Question logistique comment s’organise l’hébergement et la restauration est-ce un package ?
  • sdSD : On a une chance, c’est d’être dans le 12e arrondissement de Paris assez près de la gare de Lyon. Donc il y a un panel d’hôtel à la gare de Lyon pour l’hébergement. Là les stagiaires ont le choix. Pour la partie restauration le prix du stage comprend une collation le matin, ainsi que le repas du midi qui se prend au restaurant d’entreprise dans notre bâtiment. Donc il n’y a pas de perte de temps.
Et enfin la question qui fâche le prix… combien ça coûte ?
  • sdSD : Pas cher (Rire)
    Le prix a peu évolué depuis le début au départ on était à 1500 € TTC et maintenant on est à 2000 € TTC aujourd’hui.

Merci à tous, à bientôt pour un nouvel article

telechargement

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :composition commission de sécurité erp

4 réflexions au sujet de « Se former à la CSSI – CSDFACES »

  1. Bonjour,

    J’ai effectué le stage de CSSI du 4 au 8 avril 2005 avec l’organisme CSD – FACES et ai satisfait aux tests d’évaluation. A l’issue de cette formation, m’a été délivrée une attestation de compétence, laquelle est appréciée par les maître d’ouvrage, et bien sûr par mes employeurs qui peuvent ainsi répondre à des appels d’offres réclamant une personne attestée CSSI dans l’équipe MOE.
    Depuis, avec ce bagage, j’ai pu exercer cette spécialité dans le cadre de travaux en neuf et rénovation pour diverses catégories de bâtiments, principalement des maisons de retraites, ainsi que des bâtiments hospitaliers et scolaires.
    Je profite de cet article pour remercier M. Delhaye et mes formateurs, qui ont approfondi et concrétisé le panorama de mes connaissances avec la coordination SSI.

    1. Bonjour,

      Pour réponse, de par mon expérience, la qualité de CSSI est un plus par rapport à mon activité d’ingénieur électricité. Elle amène une valeur ajoutée. L’activité de CSSI à plein temps serait idéale, mais le chemin que j’ai emprunté en a décidé autrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *