ESSER 2/2 : ECS FLEX ES et détecteur OTblue

 

Sujets :

  • ECS FLEX ES
  • Détecteur OTblue

telechargement

« Vous pouvez poser vos questions dans les commentaires en bas de l’article »

 

Nous sommes encore chez ESSER, pour vous parler de deux innovations, toujours avec Maury.  Bonjour Maury !!
  • Bonjour à tous

FLEX ES

Alors tu voulais nous parler d’un nouvel ECS ?

  • Oui comme je le disais dans la vidéo précédente, l’objectif d’ESSER c’est d’augmenter le niveau de sécurité globale des installations tout en diminuant les coûts de maintenance pour les maîtres d’ouvrage.
    De quelle manière ?
    Forcément par la technologie.
    L’ECS Flex ES a été lancée maintenant il y a 3 ans, c’est un ECS 1024 points.
    C’est le premier ECS ESSER de 1024 points,  car l’IQ8 Contrôle est un ECS monoprocesseur 512 points.
  • Cet ECS Flex ES est innovant déjà par son design
    Nous avons beaucoup travaillé sur les notions d’exploitation
    Car souvent lorsque nous discutons avec les maîtres d’ouvrage, la première peur de l’exploitant et celle de se retrouver seul devant son SSI, avec le capitaine des pompiers derrière et qui attend de voir la réponse du pauvre agent devant le SSI. (rire)
    L’idée est d’apporter une façade totalement noire et qui va venir à s’éclairer quand il y aura un événement  et d’amener un réel guidage de l’exploitant, en faisant clignoter le voyant sur lequel il faut appuyer donc ça c’est le deuxième point.
  1. Le design
  2. La facilité d’exploitation
  • Mais l’innovation majeure c’est non seulement les 1024 points mais aussi qu’il est à double processeur !!!
  •  Si on regarde l’intérieur de l’ECS ici, vous voyez qu’ on peut l’équiper avec deux modules processeurs qui peuvent chacun gérer 1024 points
Il y a 2048 points ?
  • En fait, l’idée, c’est que en cas de plantage d’un des processeurs, l’autre prenne le relais
D’accord
  •  L’énorme innovation aujourd’hui, c’est que vous oubliez la panne du vendredi soir 17h, où il faut mettre des agent SSIAP en plus quand vous avez le SSI qui est planté.
Oui si la panne vient du processeur.
  • C’est ça tout à fait.
Et par contre si on l’enlève ça marche quand même ?
  • Oui complètement. L’autre innovation  c’est que le plugage et déplugage  CPU peut se faire à chaud !!
  • C’est-à-dire que le technicien qui intervient au niveau 3 n’a pas besoin de faire coupure secteur batterie et de recharger la programmation.
  • Quand les deux micromodules sont plugés, automatiquement la programmation est sauvegardée dans les deux modules CPU.
D’accord.
  • Ensuite dès que le technicien a besoin d’en remplacer un éventuellement après une panne d’un processeur, il suffit juste de passer un niveau 3, d’enlever la carte CPU défectueuse, d’insérer une nouvelle carte, et le système va automatiquement recopier la programmation qui a été sauvegardée dans l’autre carte.
Il y a-t-il un blanc lors de cette manipulation ?
  • Non absolument pas, c’est totalement transparent pour l’exploitant.
    Ça peut être intéressant sur des systèmes en réseau
Ou des établissements super sensibles, qui ne veulent pas qu’il y ait quelques défaillances que ce soit au niveau de la détection incendie ?
  • Exactement notamment EDF dans le nucléaire nous travaillons avec eux avec ECS à double redondance CPU. Mais bien sûr ce sont les applications qu’on retrouve aussi dans tous les ERP.
Qu’est-ce que c’est que cette carte ?
  • Alors tout à l’heure on a vu le module CPU que l’on peut venir plugé.On peut aussi venir rajouter des modules au fur à mesure que votre installation va évoluer, vous allez pouvoir venir pluger des modules ESSER bus qui vont permettre de rajouter 127 points rebouclés avec 3 km 5 en longueur de bus.
  • Vous voyez que ses modules sont sous moule plastique . Pourquoi ? on a fait ça  pour éviter les chocs électrostatique à la manipulation.
  •  Et donc d’apporter aussi la fonctionnalité de plugage et déplugage à chaud pour le remplacement éventuel d’un module CPU ou pour l’extension d’une installation.
  • en effet quand vous allez faire une extension d’installation, vous n’avez pas besoin de faire coupure secteur coupure batteries, parce que vous allez venir à rajouter un élément hardware. Là le hardware va se pluger et le système va automatiquement le reconnaître tout en maintenant le système en exploitation. Le technicien va pouvoir paramétrer et travailler sur les nouveaux bus.
Et c’est cela l’innovation majeure !
Brancher et débrancher à chaud sans que cela perturbe quoi que ce soit sur l’ECS.
  • Oui un sans perte d’exploitation pour l’exploitant et avec cette redondance CPU qui permet de passer zéro point en mode dégradé.
Merci Maury pour ces explications
Passons à un autre sujet …

Détecteur OT blue

Tu voulais nous parler du détecteur OT blue. Il existe depuis combien de temps se détecteur il n’est pas super récent ?
  • Non effectivement il date de 5 ans,  et ça fait aujourd’hui 5 ans que 80 % du parc ESSER est équipé de détecteurs OT blue
Qu’a-t-il de particulier ce détecteur ?
  • La particularité, c’est qu’il ne travaille pas sur des spectres infrarouges. Aujourd’hui tous les détecteurs optiques du marché vont fonctionner avec un émetteur dans la chambre d’analyse optique et les molécules de fumée lorsqu’elles sont traversées par le rayonnement infrarouge, vont dévier le faisceau  qui vient exciter un récepteur.
  • Donc vous avez un émetteur et un récepteur infrarouge, qui sont placés à 120 degrés idéalement
  • Alors que l’OT Blue, lui,  travaille avec un émetteur de lumière bleue visible.
  • Avec l’infrarouge on est dans le spectre électromagnétique mais non visible
  • L’OT blue va fonctionner sur un émetteur de lumière bleue. L’idée, c’est de se rapprocher du spectre ultraviolet mais sans passer dans l’ultraviolet car il y a certains inconvénients après. Mais le fait d’avoir un émetteur de lumière bleue à un gros avantage. On qualifie ce détecteur de multirisque. Pourquoi?  car ce détecteur va détecter tout type d’aérosol.
Quel que soit le feu ?
Oui, la technologie infrarouge n’est pas très bien adaptée, l’infrarouge va très très mal détecter les fumées noires.  A l’inverse, la lumière bleue va très bien détecter et les fumées noires et les fumées blanches.
En fait, il est efficace sur tout type de feu ? C’est ça ?
Exactement
Quand on regarde la figure en dessous, on voit que notamment que l’infrarouge est nettement moins efficace pour tout ce qui est fumées plutôt noires, alors que on voit bien que la ligne bleue montre la même efficacité quel que soit le type de feu.
C’est un détecteur qui est en plus multicritère. Il est optique et thermique car il y a un capteur thermovélocimétrique intégré qui permet d’être efficace même sur un bac d’alcool sur des hauteurs de 2 à 3 m dans un local.

 

Conclusion

Si vous voulez des informations supplémentaires sur les équipements que nous venons de montrer, vous pouvez cliquer sur ce lien et vous serez redirigé vers une page où vous aurez des détails techniques qui pourront éventuellement éclairer votre lanterne.

Vous pouvez des questions à Maury KABHAZI en laissant un commentaire sous cette vidéo.

telechargement

Merci Maury pour toutes ces explications et j’espère que ceci vous aura été utile et que vous avez trouvé ça intéressant je vous donne rendez-vous pour une autre vidéo au revoir

  • Au revoir et merci à tous

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *