ESSER 1/2 : Les nouveautés

Sujets :

  • INNOVATION : Optimisation du coût de maintenance
  • La formation des installateurs – 260 sociétés habilitées ESSER
  • Les distributeurs
  • ECS : ESLINE-C / ESCOM

telechargement

« Vous pouvez poser vos questions dans les commentaires en bas de l’article »

Bonjour

Pour présenter les nouveautés d’ESSER j’ai avec moi un invité qui est Maury KHABAZI

  • Bonjour, je suis responsable national prescription pour ESSER Honeywell je m’occupe des grands comptes et des clients finaux. Depuis maintenant 2 ans.

 

Où êtes-vous basé habituellement ?

  • Je suis basé à Toulouse et, et je rayonne nationalement je m’occupe des grands comptes, et de toute l’activité prescription des clients finaux.

Le système « ouvert » selon ESSER

Chez ESSER, vous avez une particularité, c’est que vous utilisez des systèmes ouverts.
Pouvez-vous nous expliquer comment cela fonctionne ? Parce que c’est vrai que parfois certaines personnes reprochent le fait que n’importe qui puisse modifier n’importe quoi. Chez ESSER, comment avez-vous aborder la chose ?

  • Nous avons lancé la mode, dans les années 2000, nous avons été l’un des premiers constructeurs à proposer des systèmes ouverts, c’est vrai qu’avec le temps maintenant, nous ne parlons plus de système ouvert mais nous parlons de système à transfert de compétences maîtriser.

Ça veut dire quoi ?

  • C’est-à-dire qu’aujourd’hui, on essaie de maîtriser de très très près notre réseau. Parce que notre force aujourd’hui au niveau national c’est notre réseau, notre réseau de distributeurs et d’installateurs formés ESSER.
  • Donc les logiciels de programmation et de mise en service, ne sont pas librement accessible sur Internet. Car là effectivement il y aurait un réel danger que n’importe qui pourrait se prétendre formé habilité par le constructeur. Donc aujourd’hui même, la NFS61933 a été modifiée et elle intègre clairement que l’installateur ou le mainteneur doit être habilité niveau 3 par le constructeur. Parce qu’on sait que demain, s’il y a un problème sur un site, il faudra regarder qui a fait quoi, et s’il avait les habilitations pour faire les modifications.

La formation des installateurs et mainteneurs

  • Aujourd’hui vous êtes dans un de nos centre de formation, à Argenteuil, nous en avons un autre à Lyon, où nous formons en permanence notre réseau de distributeur et installateur nationaux régionaux. Et ils suivent un programme de formation sur nos ECS et nos CMSI. Par exemple sur un programme de formation sur un ECS IQ8 CONTRÔLE ça dure 4 jours, le programme sur la CMSI 8000 dure 4 jours.  Il y a un QCM en l’entrée et un QCM en sortie

Oui pour savoir s’ils ont compris pour savoir s’ils n’ont pas dormi (rire)

  • Il faut qu’il ait la moyenne en sortie et chez ESSER la moyenne c’est 12. Au bout de cette formation de 4 jours s’ils passent le QCM avec succès, on leurs délivre une vraie habilitation niveau 3 qui est nominative « entreprise technicien ».

Donc c’est vraiment lié à l’entreprise si jamais le technicien s’en va, il va falloir qu’il repasse cette habilitation ?

  • Effectivement il devra repasser cette habilitation sous forme d’une demi-journée de mise à jour on ne leur refait pas repasser les 4 jours.

 

Recyclage

Par contre, Est-ce que cette habilitation est valable ad VITAM æternam, comment ça fonctionne ?

  • Bonne question, car justement on avait un problème de contrôle continu. Aussi afin d’avoir un vrai contrôle de notre réseau, le logiciel de programmation de mise en service, une fois que le technicien l’aura installé sur son PC,  va fonctionner pendant 2 ans. Au bout de 2 ans, le logiciel va s’arrêter. Et donc le technicien doit passer une demi-journée de mise à niveau,

En fait ce système l’oblige à se faire recycler tous les 2 ans sinon le logiciel dit non non vous ne pouvez pas toucher à la programmation ?

  • Effectivement, c’est une garantie dans le process dans le suivi de formation où il y a un réel suivi qualitatif du niveau de compétence des techniciens. Et ça permet surtout de contrôler le réseau et que nos logiciels ne se trouvent pas comme ça en mains de techniciens qui n’ont pas fait de mise à jour depuis 4 ans 5 ans.

C’est donc un gage de qualité de ceux qui installent ?

  • Exactement complètement. C’est une garantie pour le maître d’ouvrage d’avoir un vrai réseau d’installateurs habilités avec une vraie habilitation niveau 3 et un contrôle continu dans le temps.

Les installateurs

Il y a-t-il beaucoup de sociétés qui sont habilitées par ESSER ?

  • Oui aujourd’hui le réseau national c’est 260 raisons sociales, sur le territoire et 1200 techniciens habilités niveau 3 dans nos bases de données aujourd’hui actifs sur le territoire national. C’est une vraie garantie pour le maître d’ouvrage de trouver un mainteneur quel que soit son implantation au niveau national.

Les distributeurs

Vous avez aussi des partenaires distributeurs ?

  • Exactement notre force c’est notre réseau de distributeurs, ce sont des raisons sociales indépendantes,

Ils ont du stock ?

  • Dans chaque à grande ville, dans chaque région, on aura des distributeurs qui ont un stock en local un comptoir de vente pour les électriciens, et des techniciens de mise en service et de maintenance. Avec souvent même des hotlines de dépannage d’intervention.

Merci pour ces explications, on a bien compris comment fonctionnait ESSER.

Les matériels

Pourriez-vous nous parler d’un matériel que vous avez mis en place assez récemment… y a 2 ans ?

  • Oui c’est ça, nous avons lancé y a 2 ans une nouvelle gamme de produit entrée de gamme qui sont nos centrales ES Line et ES Com

Le S line est un ECS conventionnel 8 lignes de détection.

Les gros plus :

  • C’est un des seuls ECS qui intègre un afficheur LCD en conventionnelle avec mémorisation des 10000 derniers événements. Donc cet ECS existe en version 8 ligne conventionnel 8 lignes conventionnelles avec 4 fonctions de mise en sécurité c’est le modèle que vous avez ici.
  • Un des points forts de cet ECS c’est qu’il dispose de 4 fonctions de CMSI émission manque en commande contact sec et avec ou sans contre de position et le dernier point fort qui le différencie de ce qui existe sur le marché, c’est un ECS qui dans sa version CMSI possède une vraie AES intégrée pas besoin de rajouter une alimentation extérieure.

La variante c’est l’ES COM, c’est le même ECS/CMSI compact mais qui va vous permettre de gérer

  • un bus rebouclé de 127points,
  • avec des longueurs de 3,5 km
  •  le taux d’encrassement des détecteurs même sur la gamme des détecteurs conventionnels ES LINE.

La maintenance à coût réduit

Vous êtes en train de me dire que vous êtes capable de détecter qu’un détecteur sur le circuit de détection est plus encrassé que d’autres sur du conventionnel.

  • Oui c’est ça, dans l’opération de maintenance annuelle avec un simple outil qui s’appelle le Pôle Esser, le technicien de maintenance peut aller lire l’encrassement de toutes les têtes de tous les détecteurs. Ce qui n’impose pas le reconditionnement systématique tous les 4 à 5 ans de la totalité de ces détecteurs et ça marche aussi bien en adressable qu’en conventionnel.

Avez-vous fait un comparatif avec une EHPAD ?

  • Effectivement sur une EHPAD de 370 détecteurs, on a fait un estimatif avec un coût unitaire de 40 € par détecteur reconditionné pour les d’ouvrages avec la main d’œuvre les déplacements et retraitement des détecteurs reconditionnés.
  • On est arrivé sur une simulation sur 8 ans avec une d’imposition tous les 4 ans, ça fait un coup de 19000 € sur 8 ans pour le maître d’ouvrage pour le reconditionnement de 370 détecteurs.  Tous les 6 ans ça veut dire qu’au bout de 8 ans il n’aura reconditionné que la moitié donc ça fait un coup de 9000 € sur 6 ans.
  • Alors qu’avec un système ESSER avec près de 17 ans d’expérience sur les parcs installés, on se rend compte que sur un parc de 370 d’électeurs le maître d’ouvrage va reconditionner uniquement les détecteurs qui sont encrassés, on arrive sur une quarantaine de détecteur.

Ce qui représente uniquement un coup de 2000 € pour le maître d’ouvrage

Ce qui est clairement de grosses économies pour le maître d’ouvrage

Vous avez aussi un système de rapport de maintenance ?

  • Effectivement vous avez le pôle ESSER pour la gamme conventionnelle qui est un outil portatif pour lire les informations, et tous les techniciens qui suivent nos formations avec le logiciel Tools 8000 vont pouvoir se connecter à nos ECS adressable, que ce soit l’iq8 control ou Flex s ou l’ESCOM et sortir ce qu’on appelle un rapport de maintenance de bus. Ce rapport de maintenance de bus va sortir tout un tas des données, très intéressantes pour un installateur et un maître d’ouvrage :
    • Les Zones
    • les libellés,
    • les adresses des détecteurs,
    • la date de fabrication,
    • la version logiciel, du détecteur
    • le nombre d’heures de fonctionnement, on saura que tel détecteur fonctionne depuis 7800 heures,
    • le détecteur mémorise en interne sur son eprom les pré-alarmes et les alarmes feux, ce qui permet facilement d’intervertir des technologies ou de localiser des détecteurs sollicités souvent en dehors de l’historique ECS bien sûr.
    • Une information cruciale pour le maitre d’ouvrage, on va lui donner le taux d’encrassement au pourcentage prêt de la chambre optique.

Ce qui permet facilement de savoir si on dépasse 40 % d’encrassement.

  • Exactement, et du coup nos préconisations constructeur sont de reconditionner les détecteurs à partir d’un taux de 40 % jusqu’à 70 %. Et dans ce tableau de rapport de maintenance de bus, il y a un code couleur. C’est-à-dire que quand vous être entre 0 et 40 % la ligne verte, dès que vous allez dépasser 40 % la ligne va passer jaune, et au-dessus de 70 % la ligne va passer rouge. Il faut remplacer le détecteur immédiatement.

 

Est-ce que le maître d’ouvrage peut faire lui-même ce rapport de maintenance où faut-il absolument passer par un technicien ?

  • Non c’est le technicien de maintenance du site qui est habilité niveau 3 qui a le logiciel pour faire ce rapport

 

Donc à chaque fois qu’il va venir faire sa maintenance, il va éditer ce rapport ?

  • Tout à fait

 

 

Du coup le maître d’ouvrage pourra savoir quels sont les détecteurs à remplacer.

  • Oui, c’est dans la philosophie globale d’ESSER, notre leitmotiv c’est augmenter le niveau de sécurité de l’installation, en SSI on verra ça notamment avec la Flex S notamment avec la redondance fonctionnement, le détecteur OT blue multirisque, le fait qu’on renseigne avec précision, sur le SSI les détecteurs encrassés. C’est vraiment l’augmentation du niveau de sécurité tout en diminuant les coups récurrents

Donc en fait au final vous avez estimé une économie de combien sur une maintenance ?

  • Et bien sûr 8 ans sur un parc de 370 détecteurs, on est arrivé à une économie rien que sur le reconditionnement, de plus de 15000 € pour le maître d’ouvrage à répartir sur 8 ans bien sûr.

Conclusion

Si vous voulez des informations supplémentaires sur les équipements que nous venons de montrer, vous pouvez cliquer sur ce lien et vous serez redirigé vers une page où vous aurez des détails techniques qui pourront éventuellement éclairer votre lanterne.

telechargement

Merci Maury pour toutes ces explications et j’espère que ceci vous aura été utile et que vous avez trouvé ça intéressant je vous donne rendez-vous pour une autre vidéo au revoir

  • Au revoir et merci à tous

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *